• L'Éveil de l'esprit

Préparer son enfant avant la puberté pour lui assurer une adolescence harmonieuse

Mis à jour : août 18

L’adolescence se caractérise chez l’enfant par des changements sur le plan physique ainsi que par des changements d’ordre psychologique et émotionnel.


Cette traversée de l’enfance à l’adolescence est vécue différemment chez chaque enfant. Pour certains, elle se passe de façon fluide alors que pour d’autres elle peut mener à un enfant raté, quand ce dernier ne veut pas devenir adulte ou bien un adulte manqué pour l’adolescent qui veut devenir adulte avant l’heure. Il adopte alors les stéréotypes des adultes, pas toujours recommandables, et il se met éventuellement à fumer, à s’alcooliser, à imposer sa loi, à avoir des comportements déplacés avec ses frères et sœurs, à rejeter ses parents, etc.


Certains parents vivent pareillement très mal de voir leur jeune enfant disparaître pour être remplacé par un adulte. Ces changements, bien que peu perçus ou reconnus par le parent lui-même, ne manquent pourtant pas d’affecter la façon dont il communique avec le jeune soit en raison de la métamorphose du corps physique de son enfant ou encore parce qu’il ne le reconnait plus dans ses comportements.

Cette métamorphose va, bien souvent de pair, avec l’expression de peurs, de frustrations, de déceptions et de toute une série de préoccupations autant chez l’enfant que chez le parent.


Le père a de plus en plus de mal à embrasser son fils, le temps des chatouillements est terminé avec ses enfants, communiquer avec sa fille, en phase de devenir une femme, le met parfois mal à l’aise. Il va même vouloir surveiller davantage les fréquentations de sa fille. La mère met plus de réserve à cajoler son adolescent lorsque celui-ci est inquiet ou se sent seul. Les moments de partage en famille se font de plus en plus rares et les sorties des jeunes sont devenues un véritable sujet de préoccupation.


La communication entre le parent et l’enfant est une des premières choses qui s’effondre parce que le jeune a à traverser les problèmes de son adolescence alors que le parent a des difficultés à accepter les changements physiques qui transforment son enfant. Tant l’adolescent que le parent se voient affectés par ces changements, ces 2 mécanismes s’expriment simultanément.


Le contact se coupe, bien souvent, autant du côté du jeune que du parent. L’adolescent se transforme, change sa façon de vivre, parce qu’il a changé sa façon de percevoir l’information qui lui vient de l’extérieur, sa carte du monde change. Le jeune en arrive même à refuser cette communication lorsqu'il entre dans une phase d’instabilité suite à une perte d’identité, et cet état l’empêche de poursuivre la relation harmonieuse qu’il avait auparavant avec ses parents.


Parallèlement, le parent change sa façon de communiquer avec lui et il devient difficile pour le parent de trouver une nouvelle voie pour exprimer à son adolescent l’amour et l’affection qu’il lui porte. Il n’est pas rare que le parent soit lui-même une source de complication dans l’acceptation de l’adolescence par le jeune lui-même.

Apparaît alors un déphasage entre le jeune et le parent qui ne permet plus un ajustement de part et d’autre, comme si chacun évoluait désormais dans son propre monde.


Pourtant, ce n’est pas parce qu’un adolescent entre doucement dans le corps d’un adulte que ses besoins affectifs changent. La façon qu’à un parent d’aimer son enfant ne doit pas changer selon l’âge de celui-ci.


Le parent qui prend conscience de cela va trouver un nouveau canal de communication pour toujours lui communiquer son amour et son affection parce qu’il sait que cela facilitera le bien-être du jeune et l’aidera à rester centré dans son identité. Pour cela, il faudra cependant que le parent change certaines habitudes pour s’ajuster à la réalité physique de l’adolescent. C’est à l’adulte de venir à la rencontre du jeune.


Pour le parent, trouver une façon de communiquer au jeune son amour et son affection est une CLE pour faciliter l’adolescence de son enfant et préserver l’harmonie familiale pendant cette période, où l’adolescent pourra se sentir anormal, qui dure en moyenne de 3 à 7 ans.


Il est primordial de préserver l’identité du jeune pour éviter que celle-ci se fractionne entraînant une déstabilisation psychique et émotive. Son identité perdue, il sera alors en recherche d’une personnalité pour retrouver la normalité que lui offre la société à travers le collectivisme. Il adoptera les habitudes d’autres camarades qui eux-mêmes sont en recherche d’une personnalité et qui ne savent pas clairement ce qu’ils font.


Si l’enfant a appris à préserver son identité, il demeurera la même personne dans un corps d’adulte. S’il est en perte d’identité, il va adopter un comportement de fuite, face à cet état d’adolescent, en s’adonnant éventuellement à la drogue, l’alcool, la violence, et de plus en plus fréquemment au suicide que peu de parents voient venir.


La crise de l’adolescence, contrairement aux idées reçues, n’est pas un phénomène normal. C’est la société qui crée la crise d’adolescence, le jeune perd tous les droits affectifs et matériels de son enfance, et il n’a pas encore les droits d’un adulte. Cette période devient, pour certains jeunes, une traversée pénible et parfois difficilement supportable.


Il revient au parent d’agir différemment pour offrir à l’enfant une entrée harmonieuse dans l’adolescence car la crise d’adolescence n’est pas seulement vécue par le jeune, tout son entourage familial la vit ou la subit de plein fouet.


En ce sens, le rôle du parent est d’expliquer à l’enfant ces changements à venir qui l’attendent à la puberté. Si cela semble difficile au parent ou plus facile pour le jeune, il peut solliciter une aide extérieure. Pour les filles, la puberté se manifeste vers l’âge de 8/9 ans, pour les garçons vers 11/12 ans, il faut s'y prendre quand l'enfant est très jeune.


Le but est de préparer l’enfant AVANT que les signes physiques se fassent sentir. Le parent ne manquera pas également de l’avertir de tous les commentaires désobligeants qui peuvent émaner de personnes qui sont mal dans leur peau. Cependant, bien que ceci soit un moyen très efficace de prévenir les complexes chez le jeune, la façon d’en parler devra être ajustée à sa sensibilité pour ne pas commettre une maladresse qui risque de l’inhiber.


En parler, dialoguer avec le jeune pour l’aider à garder son identité, c’est-à-dire pour veiller à ce que l’enfant reste lui-même dans ce corps en changement.


Retrouvez-moi sur YouTube :

https://www.youtube.com/watch?v=aFGN1E09oTk&t=86s


34 vues

Cabinet

20, route de Grenade

31840 Seilh, France

Blagnac - Seilh - Grenade - Environs

CGV

Mentions légales

Contact

Tél : 06 50 87 41 18

eveildelesprit.coaching@gmail.com

  • Facebook Social Icône
  • Icône sociale YouTube

© 2020 par L'Éveil de l'esprit - Créé avec Wix.com

 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now